AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre

Messages : 15
Points de prière : 0
Date d'inscription : 18/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Sabshas de l'ombre
MessageSujet: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Jeu 18 Juin - 18:23

Je suis...

Le désert s'invite.. et prend froid!


       

Informations générales


       
  • Âge : 12 ans

  •        
  • Allégeance : Ombrane

  •        
  • Race : Humaine

  •        
  • Royaume d'origine : Désert

  •        
  • Rôle : Ecuyer de l'ombre

  •        
  • Royaume Actuel : Inconnu

  •        
  • Ambition : Faire de son mieux et rendre fiers sa famille


       

Descriptions


       

       

Physique :

Malgré ses craintes, Zuwena n'est pas plus petite que d'autres enfant de son âge, en fait elle semble être parfaitement dans la moyenne. A force de s’entraîner à l'épée, son corps à commencé à se muscler, mais pas suffisamment pour qu'en la voyant on craigne de se faire battre.

La couleur de sa peau n'est pas sans rappeler la jolie couleur brune d'une feuille d'arbre en pleine saison des pluies, a vrai dire, son corps entier semble avoir adopté cette couleur. Que ça soit ses cheveux bouclé, mais fréquemment tressées sur son crâne, ou ses yeux qui brillent de joie.

Psychique :

Zuwena à gardé son âme de petite et aime s'amuser, seulement elle essaye de le cacher pour devenir sérieuse et ne pas décevoir sa nouvelle famille. Malgré tout elle sourit continuellement et ne peux s'empêcher d'être amusée lorsqu'elle entend une blague ou vois des personnes amuser la galerie ou simplement faire des bêtises pour s'amuser eux. L'enfant, même si elle est dans un ordre de chevalerie, à encore du mal à appréhender la guerre : pour elle ce ne sont que des mots et le ne parvient pas à comprendre sa violence et son sérieux. Elle sait qu'il faut être très attentif et que ça peut être mortel, mais ça ne reste que des mots, elle ne met rien derrière, nulles émotions et nulles scènes pour se représenter ces termes.
Cependant elle sait ce que blesser signifie  et elle craint plus que tout de blesser ses propres compagnons, ce qui l'handicape beaucoup lors des entraînements : elle n'ose pas en assener des vrais contres les autres écuyers, par contre contre un mannequin de bois elle se déchaîne et ne se débrouille pas trop mal.
Venant du désert, l'enfant ne parvient pas à s'acclimater à la température, elle semble avoir toujours froid et ne supporte que difficilement la saison froide. Néanmoins elle a un faible pour le printemps et ses fleurs, elle rêve même de se rendre dans le royaume des fées pour voir de ses propres yeux un paysage que l'on dit enchanté.


       

       

Compétences et inventaire


       

Pouvoir :
Allumer magiquement des chandelles : elle y parvient sans trop d'effort, mais oublie souvent qu'elle possède ce pouvoir
Sonder le territoire : Elle l'emploi souvent dans l'espoir de parvenir à toucher sa terre natale, mais pour le moment elle ne parvient à sonder que quelques kilomètres.
Guérison : elle aime l'employer pour tout et n'importe quoi, selon elle il est très important que ses amis et coéquipier soit en bon état.
Rayon incendiaire : Ayant peur de blesser quelqu'un, elle a énormément de mal à le canaliser et à l'employer sans devenir une pelote d'epingles.
Télépathie : Celui qu'elle maitrise le mieux, parler par télépathie lui est aussi facile que de respirer. Elle parvient à parler à une seule personne, mais il faut que le destinataire soit à portée de vue. Pour le moment.
Lévitation : Elle le maitrise correctement et si elle parvient à projeter et faire léviter des charges lourde, ça lui demande encore pas mal d'effort. Sauf si elle se met vraiment en colère.
Mimétisme porc-épic : Elle déteste ce pouvoir, elle sait qu'il arrive lorsqu'elle à peur, mais ne parvient pas à l'utiliser quand elle veut et le bloquer si elle n'en veut pas. Selon la magicienne ça serait simplement dû à sa peur de ce pouvoir pourtant assez inoffensif.
Vague d'apaisement : elle sait qu'il est existant et sait pas trop mal l'utiliser, mais elle ne l'emploi jamais.
Sonder les personnes : C'est également un pouvoir qu'elle n'utilise pas, ses frères l'ont souvent fait taire lorsqu'elle voulait comprendre une émotion, on n'a pas le droit de forcer une personne à parler de ses sentiments si elle ne le veut pas.

Inventaire :
Dague de l'ordre
Épée de l'ordre
Bourse en tissu remplie de sable et d'un caillou provenant du Désert
un médaillon en bois, monté sur une fine cordelette, représentant une feuille d'arbre afin qu'elle n'oublie ni la beauté de la vie lorsque les temps sont dur ni la dureté de la vie lorsque tout est calme.


       

Biographie


       

Lorsqu'elle vit les longues épines pousser le long de son bras elle hurla à en perdre sa voix. Elle hurla non pas de douleur puisque ça ne faisait pas mal du tout, même si elle était trop occupée à hurler pour s'en rendre compte, mais de terreur. Déjà parce qu'on ne se voit pas pousser des épines digne du plus vigoureux sabshas tous les jours, mais aussi parce que justement elle ne voulait certainement pas devenir un sabshas alors qu'elle n'avait toujours pas convaincu Jared qu'il était amoureux d'elle et qu'ils se marieraient lorsqu'ils seront plus grand ! Lorsque, enfin, elle s'arrêta de réveiller le désert, Zuwena daigna remarquer qu'elle n'était pas du tout devenue un porc-épic et que tout semblait normal, exception faite des épines qui ornaient désormais son corps d'ébène. Les longues épines parcouraient ses bras jusqu'aux poignets pour reprendre aux jointures de ses doigts, suivaient au millimètre près sa colonne vertébrale, reprennent au niveau des hanches et, à peine plus haut que les genoux, se glissent vers l'avant de ses jambes jusqu'à ses chevilles longeant ainsi les tibias. Elle aurait presque trouvé ça jolie si ce n'était pas aussi anormal et si ce n'était pas sur qu'elle qu'elles se trouvaient, mais sur un imitation d'enfant-humain-pas-humain. Désireuse de s'en débarrasser le plus vite possible pour retourner auprès de sa famille avant que son père ne remarque qu'elle avait une fois de plus échappée à la surveillance de Mona, elle prit l'une des épines entre ses doigts et tira dessus. Pas trop sèchement pour éviter de s'arracher toute la peau de son corps, mais suffisamment, selon elle, pour ôter l'une des drôles d'échardes. Sauf que voilà, cette écharde ne semblait pas vouloir quitter son bras, Zuwena tenta d'en retirer une seconde, une troisième, une cinquième et dixième, mais aucunes ne semblaient pouvoir être ôtée : elle était devenue un monstre à épine et ne pourrait plus jamais retourner chez elle et dire à Jared qu'il l'aimait. Triste et se sentant d'un seul coup bien seule dans cet immense désert, l'enfant aux épines s'assit sur le sable chaud et s'abandonna à sa tristesse autant qu'à sa peur. Monstre, elle était devenue Monstre.



Pendant ce temps, quelque part dans une tente, une femme soulevait frénétiquement diverses piles vêtements et couvercles de coffres. Echouant à trouver l'objet de sa recherche, la jeune femme se laissa tomer sur une paillasse avant d'enfouir sa tête dans ses mains : Abakada n'allait pas apprécier qu'elle lui apprenne la nouvelle fugue de sa fille alors qu'elle lui avait promis qu'elle ne recommencerait pas et il allait encore moins apprécier de savoir que la nourrice n'était toujours pas capable de veiller correctement sur une fillette de trois ans. Mona se redressa et prit le temps de remettre ses cheveux en place, se tint le plus droite possible et fit son possible pour effacer toute trace d'inquiétude de son visage et quitta la tente sans parvenir à cesser de se tordre nerveusement les doigts. Elle prit une dernière fois le temps de fouiller derrières les autres tentes de la caravanes ainsi que dans les différents groupes d'enfants, mais elle dû se rendre rapidement à l'évidence : Zuwena avait bel et bien quitté la caravane à son insu et ne semblait pas revenir. Mona parcouru une énième fois la caravane du regard, mais cette fois c'était le père qu'elle cherchait et elle savait qu'elle le trouverait facilement puisqu'en plus d'être toujours dans les alentours, il faisait au moins une tête de plus que la plupart des membres groupe. L'ayant repéré, la jeune nourrice s'approcha à pas décidé du colosse, bien que son assurance s'amenuisait à mesure qu'elle approchait, et, une fois remarqué d'Abakada, souffla un grand coup avant d'ouvrir la bouche, qu'elle referma aussitôt l'homme ayant prit la parole  :

« Tu as encore perdu de vue ma fille. »

Ce simple constat n'attendait aucune réponse de la jeune fille et elle n'en donna aucune.  L'homme se passa une main sur son crâne rasé, il ne savait pas s'il devait se fâcher auprès de la nourrice si peu attentive ou après sa fille aussi discrète qu'une souris. Finalement il leva le bras pour interpeller son aîné, ce dernier délaissa son panier et s'empressa de se présenter devant son père qui, du haut de ses quinze ans et de son mètre soixante-dix, lui semblait être un géant et s'il ne le savait pas aimant et soucieux du bien être de sa famille, l'adolescent aurait certainement craint ce visage sec et sévère.

« Fils, aide Mona à trouver ta sœur et reconduis là au campement. Prend garde, Aben a repéré une meute de jakahgves pas très loin. »

Kali acquiesça en lui promettant de faire attention à lui et à sa petite sœur, puis il détala sûr de lui hors du campement, en direction de l'est. Il savait déjà où trouver sa sœur, il l'a trouvait toujours, en fait, il était capable de dire avec précision où se trouvait chaque membres de la caravane et, d'aussi loin qu'il se souvienne, il avait toujours su le faire.
Durant une heure l'adolescent alterna entre course et marche rapide avant de trouver sa sœur recroquevillé dans le sable. L’aîné ôta quelques mèches du visage de sa sœur et, constatant qu'elle dormait, l'a prit délicatement dans ses bras et fit le chemin du retour sans la poser une seule fois et en veillant à ne pas la réveiller : il avait remarqué quelques larmes sur le visage rond de sa sœur et il estimait préférable qu'elle dorme et oublie ses soucis plutôt qu'elle les ressasses encore et encore.

   

Zuwena sut qu'elle se trouvait sous sa tente avant même d'ouvrir les yeux, qu'elle ne se souvenait pas du tout avoir fermés, la chaleur du sable avait disparu. Lorsqu'elle ouvrir un œil et vit son père dans un coin de la tente, elle s'empressa de le refermer comme si elle ne s'était jamais réveillé : elle n'était pas du prête pour se faire disputer ou interroger sur les épines. En pensant aux épines, l'enfant se redresse d'un seul coup en oubliant son désire de se faire discrète, mais elle avait une excuse : elle n'avait pas vu la moindre trace de corps étranger sur son bras. Zuwena se mit en position horizontale et s'inspecta sous toutes les coutures : rien. Il n'y avait plus la moindre trace d'épines. Peut-être avait-elle fait un mauvais rêve et imaginé que des piques ornaient son corps. Malheureusement, le regard furieux de son père elle ne le rêvait pas. Le voyant approcher, elle avait prit soin de se faire toute petite dans l'espoir de devenir invisible, mais son père était bien trop observateur pour ne pas voir sa peau foncée dans un décor de bleu. Durant tout le temps de la remontrance, Zuwena garda obstinément la tête baissée tout en acquiesçant lorsqu'il fallait. Cette attitude lui permit de réduire le temps de la dispute, mais elle écopa tout de même d'une punition : elle devait toujours être accompagnée soit de Mona, soit d'une des ses frères et ce, où qu'elle aille et si elle s'obstinait à disparaître alors elle devrait passer ses journées dans la tente. Ne souhaitant pas être enfermée dans une tente, l'enfant fit enfin ce qu'on attendait d'elle et cessa quitter la caravane sans avertir qui que ce soit.



*****

L'enfant gonfla ses joues d'un air boudeur ; elle avait passé toute une année à être sage et surtout à parler et jouer avec Jared et voilà qu'en un claquement de doigts la dernière arrivée dans la caravane parvint à capter l'attention du garçon et même à avoir un bisou ! Elle n'était même pas jolie cette nouvelle. Vexée, elle se dirigeait vers sa tente lorsqu'elle vit Casim, l’aîné de ses frères,  rejoindre une groupe d'hommes armé de lance. Zuwena s'empressa de les rejoindre pour demander à aîné la permission de l'accompagner, même si elle était moins proche de Casim que de Kali, ils s'appréciaient et elle était certaine qu'il ne pourrait lui refuser sa demande. Seulement l'adolescent n'était pas du tout de son avis, dès que sa sœur referma la bouche pour attendre sa réponse, il lui lui assura que la chasse aux jakaghves n'était pas pour les filles et encore moins pour les petites filles. En entendant les autres garçons ricaner, Zuwena s'empourpra et leur tourna le dos le plus dignement possible avant de courir se cacher dans la tente. Les garçons étaient tous nuls ! Son père qui l'empêchait de quitter le campement, Jared qui ne comprenait rien, Casim qui la traite comme une petite fille et même Kali qui n'avait pas contredis leur frère ! Elle était  tellement en colère qu'elle n'entendit Kali qui l'appelait en courant derrière elle au moment même où elle franchit la porte en toile. Ne sachant trop quoi faire de sa colère, elle se laissa tomber au sol, pour se relever très vite lorsque Kali entra à son tour.

« Va-t-en Kali ! Je veux pas voir les garçons, vous êtes méchant !
Calmes-toi Zu, Casim à raison : les jakghaves sont dangereux et on ne veut pas que tu sois blessée. Plaida-t-il.
Va-t-en, va-t-en, va-t-en ! »



Et, sans qu'il ne comprenne tout de suite la raison, Kali se retrouve propulsé un peu plus loin. D'abord hagard, il parvient à reprendre ses esprits pour retourner auprès de sa sœur qui le fixait d'un air effaré : elle était toujours un monstre en fin de compte, elle n'avait plus ses épines, mais elle restait un montre ! Soucieux de rassurer sa cadette, l'adolescent fit quelques pas et tendit sa main pour la poser sur la petite épaule de Zuwena. Effrayée, elle se recula et découvrit qu'elle était toujours ce monstre épineux. Les fines aiguilles s'étaient à nouveaux frayée un chemin à travers sa peau. Complètement désespérée, l'enfant de cinq se mit à pleurer alors que l'adolescent de seize ans détala hors de la tente ajoutant au malheur de la petite. Heureusement pour elle, Kali revint assez rapidement en compagnie de son père soucieux et de Casim qui ne semblait pas savoir s'il devait être agacé que son frère tarde autant ou inquiet qu'il soit partit chercher leur père alors qu'il leur avait bien fait comprendre qu'il ne fallait jamais le déranger lorsqu'il discutait avec les hommes du futur itinéraire. Mais lorsqu'ils virent la fille aux épines, leurs visages changèrent du tout au tout : Abakada, leur père, laissa poindre un sourire très léger alors que Casim écarquilla les yeux horrifié par le spectacle. L'homme s'approcha  encore plus de sa fille pour déposer ses mains sur ses épaules, tout évitant les épines.

« Zuwena, ma chère fille, ma seule fille, tu ne dois pas craindre ce que tu sais faire. Par-delà le sable, sur le continent, une multitude de personnes possèdent des capacités hors normes : des pouvoirs. Les plus fort d'entre-eux deviennent des magiciens, ou des sorciers si leur cœur est noir, les plus courageux deviennent des chevaliers. »

Délaissant les épaules de sa fille, il se relève sans la quitter des yeux et pose une même rassurante sur l'épaule de son plus jeune fils.

« Ne rejoindre aucune faction ne fait ni de nous un être faible ni un pleutre. Tout le monde ne peut apprendre à maîtriser ses pouvoirs seul, de plus, protéger sa famille est un acte noble, nul ne devrait le dénigrer. Zuwena, penses-tu pouvoir apprendre à maîtriser seule tes pouvoirs ?
Vrai ? C'est normal ? Je suis pas un monstre ? Murmura-t-elle,
Non, ma fille, tu n'es pas un monstre.
Je ne saurais pas les maitriser toute seule, seule ma peau est noire et je veux pouvoir me battre contre des jakaghves. Un chevalier peut se battre contre un jakaghve ? »

Voyant son père acquiescer, Zuwena se redressa et sécha ses larmes.

« Alors je serais un chevalier !
Bien, je dois prendre contact avec quelques personnes. Kali, Casim, aidez votre sœur à  faire son sac et faites vos adieux. Si elle réussi la première étape, il est possible qu'on ne la revoit pas avant plusieurs années. »

Sur ses paroles, il quitta la tente et laissa les frères et la sœurs seuls. Soudainement intimidée par son affirmation et le regard de ses frères, le futur chevalier baissa la tête sans oser bouger. Ce fut Casim qui fit disparaître la tension en ébouriffant sa sœur avant de prendre la parole.

« J'ai toujours su que nous étiez différents tous les trois, mais je ne pensais pas à ce point là. Lorsque tu seras chevalier, n'oublie pas de venir nous voir, d'accord ? D'ici là je devrais avoir digéré le fait d'avoir une petite sœur épineuse.
Elle m'a ejecté de la tente tout à l'heure. Précisa Kali malicieusement.
Si un jour on m'avait dit que notre petite souris de sœur pouvait envoyer balader un garçon beaucoup plus fort et bien plus grand qu'elle ! »



Rassurée sur leurs sentiments, Zuwena se mit à rire avec eux, puis, une fois leur rire et les diverses blagues destinée à cacher leur tristesses et leur troubles, les trois enfants firent un baluchon. Alors que l'enfant l'avait remplit de robes, vêtements qu'elle avait l'habitude de porter, ses frères secouèrent la tête découragé, le vidèrent pour le remplacer par ses tuniques et ses braies tout en lui expliquant qu'il n'était pas question qu'elle apprenne à se battre en robe. Ayant entendu la nouvelle, Mona les avaient rejoint et avait, à son tour, vidé le baluchon en assurant que futur soldat ou non, elle n'allait pas la laisser partir avec des tuniques trouée par les quelques chutes et l'usure. Peu coutumier à la couture, les trois enfants la regardèrent comme on regarde un forgeron qui travail sur sa plus belle lame : avec attention et une pointe d'admiration.



Contrairement à ce qu'ils pensaient, Zuwena ne les quitta pas le jour même, plusieurs jours passèrent sans que rien ne change. Si elle supposait que c'était normal, les garçons, qui avaient repéré l'air agacé de leur père, supposait que ça ne l'était pas vraiment. Puis, environ une semaine après son choix, Abakada lui annonça qu'il partait tout les deux. Il ne dit à personne leur destination, pas même à ses fils, mais d'après son assurance et sa fermeture ils comprirent rapidement que nul ne devait savoir. L'homme ayant refusé de prendre une monture pour ne pas amoindrir la caravane, le voyage dura plusieurs jours. Durant le trajet l'enfant s'était montrée particulièrement obéissante et silencieuse : elle doutait de plus en plus d'avoir fait le bon choix. Puis, un matin, son père annonça qu'ils étaient arrivés. Ce qui se déroula ce jour là n'est connu que l'enfant, même son père ne vit et ne su quelques heures des événements, quoi qu'il en soit, c'est seul qu'Abakada reprit la route vers le dernier endroit où il avait vu la caravane.



*****

Zuwena se retrouva avec d'autres enfants de son âge, ou presque, qui possédaient également de belles facultés mais qu'ils ne maîtrisaient pas ou peu. Des années durant, l'enfant du désert appris la maîtrise de ses pouvoirs avec la magicienne Jahonne. C'est grâce à elle qu'elle comprit que ses épines apparaissaient lorsqu'elle avait peur, alors que son pouvoir de lévitation s'enclenchait lorsqu'elle était en colère. Peu à peu elle apprit à allumer les chandelles à l'aide son esprit, si elle l'avait su avant elle aurait sûrement eu moins peur du noir dans le désert, à guérir d'autres personnes qu'elle et bien d'autres pouvoirs. Les enseignements de la magiciennes étaient ceux qu'elle préférait, déjà parce que ça lui permettait d'apprivoiser les épines, plus ou moins bien, mais aussi parce qu'elle ne parvenait pas à se concentrer lorsqu'elle apprenait les bases à l'épée : la présence des chevaliers et des écuyers l'impressionnait énormément, surtout Kira, enfin le chef avait plutôt tendance à l'effrayer. Elle était habitué au regard dur de son père, mais celui de Kira lui semblait moins rassurant.



Après plusieurs années d'apprentissage, vint le moment qu'elle appréhendait autant qu'elle l'attendait : l'attribution. Elle quittait le sentier le sentier des élèves pour fouler celui des écuyers. Elle était fière de pouvoir accompagner un chevalier, mais elle ne pouvait s'empêcher de craindre qu'il ne soit déçu de ses faibles capacités à l'épée. Mais ça c'est une histoire qui n'est pas encore écrire...


       

Derrière l'écran


       

Présentation IRL


       


Dernière édition par Zuwena le Sam 15 Aoû - 19:15, édité 6 fois
Messages : 162
Points de prière : 10000
Date d'inscription : 18/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Déesse Fondatrice
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Jeu 18 Juin - 20:00

Bonjour !

Je te souhaite la bienvenue parmi nous ! Je te laisse tranquillement compléter ta fiche.

A très vite.
Messages : 272
Points de prière : 10000
Date d'inscription : 17/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Dieu Fondateur
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Sam 27 Juin - 12:28

Salut par ici,

comment ça se passe Zuwena ? Si tu as le moindre doute n'hésite pas à nous en parler, nous sommes là pour aider.
Messages : 15
Points de prière : 0
Date d'inscription : 18/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Sabshas de l'ombre
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Jeu 30 Juil - 20:26

Je ne vous ai pas oublié, j'avais juste peu de temps devant moi. Je termine d'écrire mon histoire sur open office, vérifie que tout soit ok et je poste ici. Désolé pour l'attente
Messages : 15
Points de prière : 0
Date d'inscription : 18/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Sabshas de l'ombre
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Sam 15 Aoû - 19:14

Bonsoir !

Je suis vraiment désolé d'avoir autant tardé à faire ma présentation, en principe elle est terminée, à vous de me dire s'il faut faire des changements. Smile
Messages : 162
Points de prière : 10000
Date d'inscription : 18/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Déesse Fondatrice
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Sam 15 Aoû - 19:26

Bonjour !

Deux présentations terminées dans la même journée Smile C'est génial !

J'adore ta biographie, on se laisse emporter dans l'histoire c'est vraiment agréable, tu nous fait rentrer dedans sans problèmes !

Les descriptions physiques et psychiques sont un peu courtes mais tout est dans la suite alors ça ne pose aucun soucis !
Je vois que tu es Ecuyer de l'Ombre. Tu souhaites avoir un maitre déjà joueur ou tu préfères qu'il soit jouer par un maitre du jeu pour tes RP ?
Nous avons un chevalier joué pour le moment (Linwë), si tu souhaites la contacter pour être son Ecuyer ?

Je valide donc ta présentation, comme tu l'aurais comprit ! Tu remportes 10 points de prières pour entrer directement dans un ordre ! Et tu remportes 5 points pour avoir terminé ta présentation Wink Je file les ajouter à ton personnage et à ton ordre Smile
Tu verras un sujet apparaître sur le forum, je t'invite à aller en prendre connaissance, il n'y a pas beaucoup de messages tu devrais le trouver Smile. Si tu ne le trouves pas dis le moi je t’enverrai le lien par Mp Smile

Dernier point, tu as le droit à une petite phrase en guise de rang. Tu souhaites quelque chose en particulier ?
Messages : 15
Points de prière : 0
Date d'inscription : 18/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Sabshas de l'ombre
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Sam 15 Aoû - 19:31

Merci Lessien Idril !

Oui, j'avoue qu'après avoir fait l'histoire je n'ai pas eut beaucoup de courage pour faire de belles descriptions :/

J'ai oubliée de le préciser, j'ai déjà prit contacte avec Linwë et elle m'a dit être d'accord. Enfin j'espère qu'elle l'est encore vu le temps que j'ai mit

Pour la petite phrase je n'ai pas trop d'idée, sauf peut être Sabshas de l'ombre..
Messages : 162
Points de prière : 10000
Date d'inscription : 18/05/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Déesse Fondatrice
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Sam 15 Aoû - 19:32

Ok ! Je te met donc cette petite phrase, tu pourras changer plus tard, si tu le souhaites Smile

Je contacte Linwë pour voir si elle est toujours d'accord !

A bientôt
Messages : 55
Points de prière : 55
Date d'inscription : 06/04/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Archère de Talent
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Sam 15 Aoû - 19:53

Hello !

J'adore ta biographie !
Je pense que nos 2 personnages ont des choses à s'apporter !
Je suis toujours d'accord, bien entendu !
Messages : 15
Points de prière : 0
Date d'inscription : 18/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Sabshas de l'ombre
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Lun 24 Aoû - 17:18

Salut !

C'est super, merci Linwë ! Tu serais partante pour qu'on se fasse un rp d'entrainement ou autre ? Smile
Messages : 55
Points de prière : 55
Date d'inscription : 06/04/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Archère de Talent
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Lun 24 Aoû - 17:22

J'ai commencé un petit RP. Je devrais le poster d'ici quelques heures Wink
J'espère que ça te conviendra et si ce n'est pas le cas n'hésite pas à le dire !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre   Aujourd'hui à 13:28

Zuwena, quand le desert joue dans l'ombre

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Groupes] Le design est différent quand vous êtes dans un groupe
» BBcode pour une vidéo facebook
» Le Corbeau resterait-il dans l'Ombre ?
» Comment ouvrir mon disque dur externe quand il apparait uniquement dans 'Appareils et Imprimante'
» mot censuré dans une url qui apparait quand meme en MP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glow in the Darkness :: La grande bibliothèque :: Les manuscrits :: Les autobiographies :: Les approuvées-